Home Is Where Your Heart Is

Publié le par Ischabod

 

 

P2100002.JPG

[ma carte personnelle et personnalisée de Séoul]


 

Séoul (서울 - que l'on prononce So-oul en coréen) compte un petit peu plus de 10 000 000 d'habitants (sans compter les banlieues). La ville est traversée par le fleuve Han (한강 - Hangang, gang = fleuve) qui se jette dans la mer jaune. Le fleuve Han est incomparable à la Seine parisienne. On peut y pratiquer le ski-nautique ou le jet-ski en été. Pour les moins aventureux (ou les plus romantiques), vous pouvez toujours louer un pédalo en forme de... canard. Une bonne vingtaine de ponts permettent de se rendre de la rive nord à la rive sud. La rive nord est la partie la plus ancienne de la ville où se trouvent les quartiers traditionnels, les temples et les palais royaux. Le Sud est au contraire la partie dynamique et moderne de Séoul. Le développement rapide de la population et de l'économie après la guerre a fait que la ville a dû s'étendre au Sud de la rivière. Le contraste est d'ailleurs saisissant entre le Nord et le Sud, on sent tout de suite la différence d'atmosphère dès que l'on passe d'un côté ou de l'autre du fleuve. 


La ville est découpée en 25 arrondissements appelés "Gu" (구 - que l'on prononce "Gou"), eux-mêmes découpés en quartiers appelés "Dong" (동 - que l'on prononce "dongue"). 


01.png

[les arrondissements de Séoul]


02

[les quartiers de Seocho-Gu. Mais où suis-je?]


J'ai passé ma deuxième année à Séoul à Seocho-Gu, Seocho-2 dong (le petit bout vert un peu plus foncé sur la deuxième carte). Très peu d'étrangers habitent dans ce quartier, ce qui me convient à merveille! En effet, quand je suis à l'étranger, j'évite le plus possible d'avoir des contacts avec des gens de mon pays d'origine (très mauvais pour la santé). 


P2100004.JPG

[Je suis là!]


Petite précision, j'habitais dans ce que les coréens appellent une "villa", petit immeuble de quelques appartements. Le nom "d'appartement" en Corée du Sud ne fait référence qu'à ceux se trouvant dans des complexes - par exemple ceux de Samsung ou LG - qui sont d'énormes quartiers avec des dizaines de tours grises et moches. Ce sont de vraies petites villes dans la ville et tous les coréens rêvent littéralement de pouvoir se payer un appartement dans de tels endroits)


P8270042.JPG

[les villas du quartier "américain" d'Haebangcheon où j'ai habité un été]


      PB110242

[vue d'un complexe immobilier avec au fond, le mont Bukhan, où j'ai failli mourir... mais ceci sera l'objet d'un autre article! ^^]

 


A Séoul, je vis donc quasiment sur Gangnam-Daero (강남대로Gangnam = sud de la rivière, Daero = avenue), qui est l'une des artères principales reliant le nord et le sud de la ville. C'est un quartier bourré de jeunes à cause des hagwons (학원 - les hagwons sont des institutions privées où les jeunes coréens vont après l'école pour prendre des cours supplémentaires - surtout en anglais) et la foule y est souvent étouffante. Un conseil, lorsque vous vivez dans de telles villes, surtout n'empruntez jamais les grandes avenues comme celles-ci surtout le week-end. Préférez les "backstreets", les ruelles qui se trouvent en parallèle, beaucoup plus calmes. 


 

P9010056.JPG

[une après-midi banale à Gangnam - les colonnes noires le long de la rue permettent de surfer sur le web, prendre des photos et les envoyer à votre adresse e-mail par exemple...]

 

Si vous voulez voir une galerie plutôt complète de photos de Gangnamdaero , je vous conseille vivement de cliquer ici, vous pourrez y voir toute l'avenue en détails du nord au sud.

 

Gangnam est le deuxième quartier où j'ai mis les pieds après être arrivée à Séoul. En ce temps-là, j'habitais dans le nord à Jongno-Gu, et je détestais devoir quitter tous les soirs la vivacité de Gangnam pour me retrouver à Jongno... 

 

Il faut bien le souligner, je viens de la campagne (d'un village de 120 habitants et de 3000 vaches comme j'aime à le décrire tout le temps), je me suis donc dit que si je devais vivre dans une métropole comme Séoul, autant que je vive là où l'action se déroule. En octobre 2009, après un an passé à habiter un peu partout dans la ville (je remercie d'ailleurs l'auberge de jeunesse Banana Backpackers, que je conseille à tout le monde car très conviviale, qui fut ma toute première maison à Séoul et que je n'oublierai jamais), j'ai donc déménagé dans ma petite rue de Seocho-2 dong, à quelques pas de Gangnam et des bureaux de Samsung (et ouais, la classe). 


P1040110.JPG

[ma rue pendant les chutes de neige importantes de l'hiver 2009. Vous voyez le panneau Beer & Whisky sur la gauche? Eh bien vous tournez à gauche avant cet immeuble, et vous vous trouvez chez moi!] 

 


Le seul inconvénient de là où j'habitais était l'école qui se trouvait juste à côté, à cause de la sonnerie et du boucan des gamins à la récré (rien de bien méchant donc)... Les cours d'écoles en Corée du Sud deviennent des parcs publics après la fin des classes le soir et donc il est possible d'y aller jouer au foot, au basket, faire un petit jogging, ou aller admirer la lune en paix. 

 

Au niveau transport en commun, le quartier est bien desservi en métro - comme partout à Séoul d'ailleurs . D'un côté Gangnamyeok (강남역, yeok = station) près des immeubles Samsung, et de l'autre Yangjaeyeok (양재역) qui était un poil plus proche de chez moi (voir carte en haut de la page). 


P6210156

[Les bureaux de Samsung au loin]


Pendant les jours de soleil (mais pas de grosse chaleur non plus car quand il fait chaud, il fait vraiment chaud), je conseille de louer un vélo et d'aller se balader le long de la rive nord ou sud de la rivière: de magnifiques paysages où que vous alliez. Le vélo est le meilleur moyen de découvrir la ville. Marcher prend beaucoup trop de temps (pour ceux qui veulent parcourir une distance importante en peu de temps) et vu le trafic en voiture et l'incapacité des coréens à bien conduire en général, je ne conseille vraiment pas de conduire à Séoul.

 

Par contre, le taxi n'est vraiment pas cher, il y en a partout, tout le temps (contrairement à Paris) et est donc très utile au cas où vous vous perdez durant une promenade à pieds un peu trop approfondie dans la ville ou tout simplement si le bar où vous vous êtes enfilé une bonne ribambelle de verres est un peu trop loin de chez vous (les quartiers les plus populaires pour sortir le soir se trouvent au nord, près des universités - Yonsei et Ehwa University par exemple). Les chauffeurs de taxi sachant parler anglais sont rares (oubliez tout de suite le français) mais un service de traduction est proposé gratuitement. Il vous suffit d'appeler un certain numéro (affiché sur la vitre de tous les taxis) et vous serez mis en contact avec un traducteur. Personnellement, je ne l'ai jamais utilisé... il y a toujours moyen de se faire comprendre. 

 

P8280100.JPG

[été 2009 - Balade le long de la rivière Han. Au loin, c'est la rive Nord]

 

A quelques blocs de chez moi se trouve le Yangjaecheon (양재천), un petit ruisseau qui remonte d'Ouest en Est à partir du mont Gwanak (관악산, une petite montagne de 632 mètres de haut) jusqu'au Tancheon (탄천), un affluent du fleuve Han. C'est une belle balade à faire à pieds jusqu'au quartier d'Apgujeong (LE quartier branché de Séoul), qui prend 3 bonnes heures si je me souviens bien (plan de la balade ci-dessous). 


P2100011.JPG

[je ne préfère pas savoir combien de kilomètres j'ai parcourus au total dans Séoul]


Séoul est entourée de montagnes et il est ainsi tout à fait possible de se retrouver en pleine nature au beau milieu de la métropole. C'est d'ailleurs l'un des plus gros atouts de la ville (en comparaison, je trouve le relief de Paris très très déprimant). Le week-end est consacré aux balades en montagne pour une bonne partie de la population, surtout chez les personnes âgées qui ont une santé de fer. 

 

Séoul - pourtant immense -, est une ville très facile et pratique où vivre au quotidien. Le plus gros choc culturel que j'ai eu, je ne l'ai pas eu en arrivant sur le territoire coréen mais en retournant en France. Je me suis, à vrai dire, beaucoup trop adaptée à la vie dans une métropole et je ne supporte même plus des villes comme Paris que je trouve ridiculeusement moyen-âgeuse. Tout a un revers de la médaille après tout...


Pour terminer cet article, quelques souvenirs en vrac qui me montent à la tête:

 

- Le personnel des supermarchés où j'allais faire mes courses qui me reconnaissait toujours et était toujours prévenant et sympathique envers moi (dans l'ensemble, j'ai rarement eu de mauvaises expériences avec les coréens)

 

- La foule de coréens en costard-cravate qui déboule dans la rue à l'heure du déjeuner pour trouver un restaurant où manger. Et dans le même genre, les groupes de coréens en costard-cravate qui prennent leur pose cigarette dans la rue (j'en suis venue à me dire qu'ils passaient plus de temps dehors qu'à bosser ^^)

 

- les SDFs. Je leur ai donné aussi souvent que j'ai pu et autant que je pouvais pour qu'ils puissent se payer au minimum un repas au restaurant. Le succès économique de la société coréenne est à double-tranchant: les plus riches sont très très riches, les plus pauvres sont très très pauvres. 

 

- Je me souviens au début de mon séjour à Séoul m'être baladée près du Seoul Arts Center, les arbres étaient d'un jaune flamboyant, je revenais d'une balade dans le parc qui se trouve derrière le centre. C'était en hiver 2008 et je me rappelle avoir pensé que ce serait si bien si je pouvais habiter dans ce quartier. Le Seoul Arts Center n'est en fait pas loin du tout de Seocho-2 Dong, même si finalement, je ne suis jamais retournée dans ce parc ni dans ce musée après avoir déménagé dans ce quartier! 


 

577.JPG

[fin 2008 - en arrière-plan, le Seoul Arts Center]

 

- les restaurants de mon quartier où j'allais manger principalement du seollongtang (설렁탕 - soupe faite à partir d'os de boeufs bouillis avec des nouilles, absolument délicieux. - Recette ici), du yukgaechang (육개장 - soupe au boeuf très épicée qui est devenu l'un de mes plats préférés - Recette ici) et des jajangmyeon (자장면 - nouilles à la sauce d'haricots noirs que j'adore - Recette ici). A noter: manger au restaurant à Séoul est souvent bien plus économique que de cuisiner tout soi-même. 

 

- les bouteilles de Soju vides (alcool favori des coréens - totalement infect) sur les tables des gens au restaurant (pour info, les hommes commencent à tituber dans la rue à partir de 5 heures de l'après-midi. True story).

 

- mes deux PC방 préférés (bang = room, PC bang = cybercafé) où j'étais toujours fourrée pour jouer à AVA et regarder le petit journal de Yann Barthès sur grand écran (le seul programme français que je regardais là-bas. Du coup quand je suis rentrée en France, j'étais complètement décalée au niveau de ce qui s'était passé dans le pays. Je le suis toujours d'ailleurs!).

 

- le nombre d'objets que j'ai perdu dans ces mêmes PC bang. Quand ils s'en aperçoivent, les propriétaires de PC bang récupèrent bien sûr les objets qu'ils retrouvent et les gardent jusqu'à ce qu'on vienne leur réclamer. Bravo en tout cas à l'honnêteté des coréens car en tout, j'ai dû seulement perdre un ou deux parapluies, quelques broutilles et une veste (surtout quand on est tête en l'air, ça n'aide pas). Je voudrais également faire remarquer que je ne me suis jamais sentie en danger à Séoul, même en baladant mon chien à... 2 heures du matin! 


 

PIC-0459PIC-0523

[Click PC, l'un de mes deux PC bang préférés - en bas, le jeu AVA - Alliance of Valiant Arms]



J'aurais environ 33000 autres souvenirs à faire partager, je n'ai donc choisi que les plus marquants, ça m'embêterait que vous vous endormiez en milieu de page! 

 

Toutes les photos présentes dans cette article m'appartiennent, à part les deux cartes des arrondissements de Séoul et des quartiers de Seocho-Gu.


D'autres articles sur les différents quartiers de Séoul viendront bien évidemment s'ajouter au fur et à mesure du temps. Le prochain vous emmènera au quartier français (ou pas)! 

 


Publié dans Février 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article