Stuck In The Sky

Publié le par Ischabod

Ca y est, vous venez d'acheter votre billet d'avion. Dans quelques semaines, quelques mois, vous serez à l'autre bout de la planète. Vous poserez vos pieds sur une nouvelle terre,  vous respirerez un air différent et tout le monde blablatera des mots que vous ne comprendrez pas... (ce qui est d'ailleurs l'une des choses les plus agréables au monde).

 

Sauf que voilà,  Pour y arriver, vous allez devoir passer une bonne tripotée d'heures dans le ciel, aspect dont on ne pense pas forcément en préparant son séjour, surtout quand c'est la première fois qu'on se retrouve dans un vol long courrier. L'excitation nous fait toujours oublier notre pragmatisme... que je vais me faire un plaisir de vous rappeler.

 

 

P6170104.JPG

[quelques minutes avant d'atterrir à Sheremetyevo Airport - Moscou en venant de Paris]

 

 

157 heures. Non, ce n'est pas le nombre d'heures que j'ai passé le bras coincé sous une pierre (pour ceux qui ne comprennent pas la référence, n'ayez pas peur de me demander, je ne vous mangerai pas... entièrement).

157 heures, c'est le nombre d'heures que j'ai eu le plus grand déplaisir à passer dans une canette de bière horizontale que les gens appellent "avion" (mais vous verrez quand vous collerez votre nez contre la fenêtre, seuls quelques millimètres vous séparent d'un grand plongeon!).

 

Avant mon premier vol long courrier, j'aurais voulu savoir tout ce que je sais aujourd'hui. Mais bien sûr, rien ne remplace le vécu, qui en lui-même ne sert à rien si on ne peut le faire partager. Cet article s'adresse donc à tous les rookies des voyages long courrier (vols qui durent plus de 5 heures) qui s'apprêtent à rester coincés dans le ciel pendant quelques bonnes heures interminables et qui vont vite s'apercevoir qu'ils ont oublié de penser à un tas de choses!

 

  Oubliez tout de suite la préparation de votre valise (un pull, un t-shirt, un manteau, un slip, un pantalon, une écharpe, et vous êtes bon à partir, parole d'initiée)  et passons au plus important: votre  bagage à main!

 

 

P5250255.JPG

[ je prends des photos pour passer le temps entre deux vols...]

 

 

Objectif 1 : l'hygiène


 

   Et oui, à moins d'avoir son propre avion avec une belle salle-de-bain grand luxe dedans (je ne vise personne en particulier...), ne rêvez pas, vous ne sortirez jamais tout frais de 10 heures d'avion.

  Le seul accès à de l'eau courante que vous aurez, ce sera dans les toilettes exigus de l'avion, dans un lavabo assez grand pour vous nettoyer 3 doigts d'un coup, avec en prime un robinet qui risque de vous gicler de l'eau partout quand vous voudrez l'utiliser. En résumé: un vrai 5 étoiles avec 5 étoiles en trop.

  En plus, si vous vous retrouvez à côté de quelqu'un parfumé à l'essence de dessous de bras, là c'est le pompon (merci à ma voisine française de mon vol Osaka - Paris de m'avoir transcendée de son odeur de transpiration pendant 11 heures. Je comprends mieux pourquoi les étrangers pensent que les français sentent mauvais: parce que c'est vrai).

 

A prendre avec vous:

- lingettes (pas celles pour la poussière hein!)

- mouchoirs (il fait très froid sur les vols long-courrier, nez qui coule garanti)

- petite crème qui sent bon pour les plus pointilleux

- brosse à dent

- déodorant (pour votre confort ET celui de votre voisin)

 

Les hôtesses apportent régulièrement des serviettes chaudes humides à chacun pour pouvoir se nettoyer sommairement sur les longs vols, vous verrez, ça fait un bien fou.

A souligner Air France, qui passe régulièrement dans les rangs pour vaporiser une sorte de déodorant dans tout l'avion pour rafraîchir un peu l'odeur de fauve et Emirates, qui offre à chaque passager même en classe économie une petite trousse avec une brosse à dent, du dentifrice, un masque pour les yeux et une paire de chaussettes. J'espère qu'ils le font toujours...

 

Rappel: chaque compagnie a une réglementation par rapport aux liquides et crèmes qu'il est possible de prendre à bord. Ne prenez pas des gros tubes (plus de 50ml) ou vous risquez de vous les faire confisquer au contrôle des bagages à main.

 

 

Airplane-Bathroom-Sign.jpg

[vraiment?]

 

Objectif 2:  le confort

 

Un conseil, pour ceux qui voyagent en classe éco: arrivez  bien en avance à l'aéroport (et ce n'est pas une question de louper son avion). Si vous arrivez tôt à l'enregistrement, vous aurez plus de chance que l'on vous accorde la place de votre choix (bien sûr, il faut demander au comptoir au moment de l'enregistrement). Quelle place choisir? Les meilleures sont celles près des sorties de secours, non pas pour une question de sécurité, mais tout simplement parce que vous avez beaucoup plus de place près des sorties de secours pour allonger vos jambes. Et ça, pendant 10 heures, ça vaut tout l'or du monde.

Ensuite, je recommande vivement de prendre une place côté couloir. Etre près de la fenêtre, c'est bien pour les vols courts. Mais pour ceux qui ont une petite vessie et qui ne veulent pas déranger leur voisin toutes les deux heures (surtout s'il dort profondément), être côté couloir, c'est beaucoup plus pratique.

 

La température dans un avion durant un vol long-courrier est très basse, à la limite du glaciale selon les compagnies.

N'oubliez jamais d'emporter un bon gros pull, et des chaussettes épaisses parce que les couvertures fournies par les compagnies sont fines, ne vous couvrent jamais totalement, et donc à moins d'en demander 5 en plus à une des hôtesses, vous aurez quand même froid. Personnellement, les couvertures qu'ils prêtent, je les utilise pour mettre en-dessous de mon derrière pour supporter le mal de fesses (qui se manifeste 4 à 5 heures après le début du vol dans mon cas).

 

Dernièr GROS point: le repose-nuque, que je conseille à tout le monde d'acheter dès leur tout PREMIER vol parce qu'il sauve réellement la vie. Je ne voyais pas trop l'intérêt d'en acheter un, j'ai eu bien tort de penser que c'était inutile et superficiel. Je me suis retrouvée très souvent avec des douleurs lancinantes à la nuque pendant des heures et des heures sur de nombreux vols. J'essayais de me caler le cou avec ce qu'il me tombait sous la main, mais rien n'y faisait. Finalement, pour le dernier vol que j'ai effectué entre Séoul et Paris, j'ai quand même pris la décision de m'acheter un coussin pour la nuque, et sérieusement, ce fut le meilleur investissement de ma vie. En plus, ça peut servir aussi dans les trains, voitures et... canapés!

 

 

IMG00367-20110227-1900.jpg

[je vous présente Charly, mon compagnon de route. Charly, ne me quitte pas!]

 

 

 Récapitulatif, ne pas oublier:

- gros pull

- repose-nuque

- une paire de chaussettes ou deux (ou trois)

- des chaussons si vous voulez vous sentir comme à la maison

- des boules quies (pour se couper du bruit énervant des moteurs de l'avion mais également les ronfleurs du coin et les gosses qui chialent)

- masque pour les yeux (très utile si en plein milieu de la nuit, votre voisin décide de se lire un petit bouquin et allume donc la lampe aveuglante juste dans vos yeux...)

 

 

 Objectif 3: le divertissement

 

Dix heures (ou plus) dans un avion, c'est long. Très long.

Je me souviens de mon premier vol Moscou-Seoul avec la compagnie Aeroflot. L'avion était vieux, les sièges durs comme du béton et en plus... il n'y avait aucun écran (pour ceux qui n'ont jamais pris l'avion, dans tous les vols long-courrier, chaque passager a son écran personnel avec des jeux, des films, de la musique...) et donc, les secondes, je les ai chacune senties passer péniblement. Le point positif (il y en avait quand même un!), c'est que l'avion était pratiquement vide (choisir une compagnie aérienne qui n'est pas la plus sûre au monde a ses avantages). J'avais donc la rangée pour moi toute seule, j'ai relevé tous les accoudoirs (quand je disais que l'avion était vieux, c'était pas pour rien...) et je me suis allongée de tout mon long. Le seul vol où j'ai pu faire ça... un vrai luxe.

  Mais ne rêvez pas, même si vous êtes dans un vol où des divertissements vous sont proposés, il est plus que probable que vous ayiez déjà vu la plupart des films de la liste ou qu'au contraire, le choix ne vous plaise pas. Du coup, qu'est-ce que vous faites pour assassiner d'un bon coup de machette le temps qui se trouve devant vous?

  Et bien vu que vous aurez bien lu cet article, vous n'aurez pas oublié d'emporter avec vous (au choix ou... pas):

 

- une console de jeux portable pour les gamers

- un bouquin d'un bon millier de pages (tapez dans du Dostoïevski ou du Tolstoï, ça vous occupera bien l'esprit, et si vous possédez une tablette type Kindle - mon rêve ultime pour voyager -, ça prendra beaucoup moins de place)

- des journaux (la plupart des grandes compagnies offrent une sélection de journaux pour tous les passagers avant de monter à bord ou dans l'avion même)

- votre lecteur mp3 rempli à ras bord

- un bouquin de coloriage (pour "accidentellement" frapper le gosse à côté de vous qui n'arrête pas de hurler)

 

 

emirates-by-dubai_1_2_1.jpg

[classe éco avec Emirates] 

 

 

Objectif 4 (le plus important): l'estomac!

 

Vous aurez toujours 2 choix de plat principal lors de vos repas dans l'avion: un plat typique du pays où vous allez et un plat du pays d'où vous venez. Le bibimbap est le plat classique que l'on vous propose quand vous allez en Corée du Sud. Mention spéciale pour Air France, qui propose un morceau de camembert et un bout de pain sur ses vols long-courrier (oui un vrai bout de pain bien français, chose très très rare car généralement, les bouts de pain qu'on vous sert dans les autres compagnies aériennes sont... dégueulasses).

Emirates également, dont le menu était tout simplement excellent du début à la fin, même en classe économie, avec une petite glace offerte en deuxième dessert après le repas pour ceux qui voulaient.

Entre deux repas de toute manière, des snacks sont disponibles à tout moment au "bar" .

Je me rappelle en particulier mon vol direct avec Korean Air Paris-Séoul, où tous les coréens allaient se chercher des ramen (nouilles) en pleine nuit et se baladait avec leur bol en plastique fumant dans l'avion! Mémorable!

 

  La nourriture n'est pas tellement un problème en soi, il y a peu de chance que vous mourriez de faim même si la qualité de la nourriture varie énormément d'une compagnie à l'autre bien évidemment.  Là-dessus, Emirates remporte le palmarès haut la main: service et nourriture impeccable. Par contre, il faut faire très attention à bien s'hydrater parce que l'air à l'intérieur d'un avion est très sec. Certaines compagnies offrent une bouteille d'eau à chaque passager, d'autres non. Les hôtesses passent régulièrement pour proposer des boissons et le bar est là à tout moment, mais avoir une bouteille d'eau à portée de main, c'est très pratique (surtout si votre voisin s'est endormi, que vous êtes près d'une fenêtre et que vous ne pouvez pas bouger de votre siège). Donc après avoir fait contrôler vos bagages à main, offrez-vous une bonne bouteille d'eau hors de prix avant de grimper dans l'avion!

 

 

IMG00371-20110227-1910.jpg

 [exemple de menu avec Japan Airlines. Le poulet kamameshi était très bon, merci]

 

 

Un autre conseil, ne regardez jamais JAMAIS, la série Air Crash Investigation avant de monter dans un avion. Cette série, pour ceux qui ne la connaissent pas, raconte et explique les plus grand crashs de l'histoire de l'aviation... en détails bien détaillés. A éviter absolument, même pour ceux qui n'ont pas peur de prendre l'avion.

 

Je rassure quand même tout le monde, un vol finit toujours par se terminer, aussi pénible qu'il soit. Certains le sont plus que d'autres, selon la personne qui se trouvera près de vous.

 

PIC-0861.jpg

[Dubaï International Airport] 

 

 

Mes meilleurs souvenirs en avion:

 

- les passagers de mon premier vol Paris-Moscou qui se sont mis à applaudir comme des malades lorsque l'avion a atterri. Ils étaient en effet, très contents d'être arrivés vivants (c'est le seul vol que j'ai pris où j'ai vu les gens applaudir).

 

- le couple de retraités français avec qui j'ai partagé un vol Paris-Moscou. Ils avaient un peu de difficultés à remplir leur bout de papier avant d'entrer sur le territoire russe. Ils n'y connaissaient rien à l'alphabet cyrillique et lisaient les lettres russes comme des lettres françaises. Des gens absolument adorables et qui j'espère ont passé un bon séjour à Moscou (le temps n'était malheureusement pas au beau fixe quand  notre avion avait atterri).

 

  - le vieux terminal de l'aéroport de Sheremetyevo à Moscou, où il est possible de fumer n'importe où. Je cherchais ma porte d'embarcation, et j'étais certaine de l'avoir trouvée quand j'ai vu un bon paquet de coréens avec leur clope à la main enveloppé dans un immense nuage de fumée! On ne pouvait pas y voir à deux mètres.  

 

- mon atterrissage à Dubaï. Il était une heure du matin et la température était de... 30 degrés dehors!

 

- la coupe de cheveux ultra stylée des membres de l'équipage de mon vol avec Malaysia Airlines. Belles crêtes!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article